Logo cahbLogo IHFLogo Minsep

Site Officiel de la Fédération Camerounaise de Handball

Sonya Marlaine Nnomo, pétillante

A 20 ans, la demi-centre Sonya Marlaine Nnomo (159 cm), est l’un des piliers de son club, Dynamique de Bokito handball dames.

 

C’est un bout de femme à l’allure banale. Un bout de femme discret, calme mais une vraie toupie sur un terrain de handball. Sonya Marlaine Nnomo a 20 ans (159 cm, 54,4 kg).Demi-centre de formation, elle est a été convoquée la toute première fois chez les Lionnes en juillet 2018. La sélection entamait son deuxième regroupement en vue de la 23e édition de la CAN prévue au Congo du 2 au 12 décembre 2018. « La vieille », petit nom à elle donner en famille est le style de joueuse qui ne pose pas de question sur sa morphologie. Elle a su faire de son défaut (sa petite taille), une qualité.

Energique, forte, mobile, vivace avec une pointe de vitesse appréciable, sa bonne détente lui permet très souvent de ne pas être en situation handicapante. Sonya Marlaine Nnomo sait que les sélectionneurs auront du mal à s’attarder sur son profil du coup, elle mise dans le travail efficace tout en essayant des choses différentes chaque jours. Tenez, elle ose ce geste : la roucoulette. Non.Ce n’est pas un nom d’oiseau mais plus un « tir très technique. La roucoulette consiste à casser son poignet afin de donner de l’effet au ballon. Le ballon qui est mis au sol hors de la portée du gardien puis le contourne en revenant vers la cage grâce à l’effet », explique-t-on à l’IHF. Sonya Nnomo s’attaque ainsi à un domaine assez réservé dans lequel le joueur allemand, Uwe Gensheimer a été désigné expert. Aisément elle vous dit : « C’est ma spéciale ».

Sur le terrain, elle n’a d’yeux que pour son match. Le poste de demi-centre auquel Sonya Nnomo évolue requiert de la lucidité. C’est elle qui veille au respect des consignes, des schémas de jeu. Bout de femme, elle est appelée à rappeler à l’ordre ses coéquipières. Sans complexe, elle a su s’imposer. C’est à Dynamique de Bokito Juniors qu’elle a fait ses classes entre 2014 et 2016. Un séjour qui lui permet de remporter des lauriers dans les compétitions scolaires camerounaises (FENASCO). En 2017, elle va foncer à la Fondation André Nziko sans vraiment s’y éterniser avant de refiles à nouveau « à la maison », Dynamique de Bokito seniors. Depuis lors, entre des trophées des Challenge Trophy et  championnat du Cameroun, « La vieille » fait son bonhomme de chemin.

« Avec moi, tout le monde s’adapte. C’est vrai que je suis petite de taille mais ça tourne quand les consignes sont claires et je sais les transmettre clairement », dit-elle dans une espèce de fausse assurance cachant ses apparences de joueuse timide Ses qualités « sur et en dehors du terrain font d’elle une athlète que tous les entraîneurs voudraient dans leur effectif », confie son coach en club, Serge Guebogo. Un conseil pour sa joueuse ? « Qu’elle garde la même attitude le reste viendra tout seul ». Son vœu pour elle, qu’elle devienne la meilleure joueuse du Cameroun et d’Afrique.

Angèle BEPEDE

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.